L’analyse économique

Ce qu’il faut savoir

En bac, les stages se font généralement dans des entreprises assujetties à la TVA. Or, la TVA, c’est ce qui revient à l’Etat. Par conséquent les coûts et les prix doivent être exprimés Hors-Taxe (HT) et non Toutes Taxes Comprises (TTC)

Il est essentiel de faire la distinction entre Coût de revient (Ce que le chantier coûte à l’entreprise pour le réaliser) et le prix facturé (Ce que le chantier coûte au client). La différence prix-coût sera un bénéfice ou un déficit.

Une entreprise du paysage vise à réaliser une marge sur les chantiers qu’elle réalise. Dans l’idéal, une marge serait de 30%. L’entreprise calcule le coût du chantier et elle applique un coefficient de marge de 1.30.

Dans les faits, la marge escomptée est différente de la marge réelle à la fin du chantier. Les causes peuvent être un retard dans l’exécution du chantier (Or les salariés seront au final rémunérés), un imprévu (une dalle béton ou une souche qui n’étaient pas dans l’état des lieux), de la casse de matériel et d’outillage. Et plus le prix facturé est bas plus l’impact de ces imprévus est fort sur la marge. Une entreprise qui attend 30% de marge peut se satisfaire de 20%. En-dessous de 10%, un chantier est déficitaire du fait des frais généraux.

Pour calculer le coût d’un chantier, il faut faire apparaitre plusieurs postes :

  • Le coût des matériaux et des fournitures
  • Le coût de la main d’œuvre
  • Le coût du matériel
  • Les frais généraux

Les frais généraux sont les frais indirects de l’activité de l’entreprise mais qu’il faut intégrer en l’appliquant au coût global d’un chantier. Ce sont les frais de fonctionnement de l’entreprise (assurance, carburants, formation, renouvellement du matériel ou de l’outillage…). Dans les entreprises du paysage, ces frais sont compris entre 10% et 20% du prix d’un chantier.

Peu d’entreprises acceptent de donner le détail des coûts d’un chantier aux stagiaires. L’argument donné est celui de la concurrence. Certaines entreprises craignent que leurs concurrents aient vent de ces informations.

Dans ce cas, pas de panique ! On ne vous demande pas forcément un bilan analytique d’un chantier. Les examinateurs voudront surtout vérifier que vous êtes capables de comprendre et de réaliser une analyse économique.

Si vous n’avez pas ces données, retenez au moins ces points :

  • Un chantier de création, c’est aussi de la vente de matériaux et de fournitures et c’est sur ce poste que les entreprises vont réaliser une marge plus importante. C’est aussi une marge que l’entreprise est certaine de réaliser (A moins qu’elle n’ait pas prévu certains matériaux dans le devis…)
  • Selon les données de l’UNEP, le coût l’heure de MO salariée est en moyenne de 25€ et de 35€ s’il s’agit du chef d’entreprise. Cette marge est la moins certaine car s’il y a un retard sur le chantier, c’est une perte pour l’entreprise car les salariés sont payés.
  • Certains coûts peuvent s’ajouter : coût de l’utilisation du matériel et des outils (Usure, casse, panne, perte…), recours à un sous-traitant (Elagage, maçonnerie…)
  • Les marges d’un chantier se situent entre 15 et 25%